Anasayfa | 100 Questions & Réponses sur la Foi

Qui est le mécréant? Quelles sont les causes qui mènent à l’incroyance?


Le mot « mécréant » est utilisé pour celui qui rejette l’İslam, qui montre de l’ingratitude envers les biens, reste distant, les évite ou les couvre. En tant que terme, ce mot veut dire celui qui n’a pas la Foi.

On appelle aussi “mécréants” ceux qui nient l’İslam, le Saint Coran et le prophète Mohammad (P.S.B.L.). Ainsi, un verset du Coran, dans lequel les Juifs sont invités à l’İslam, dit:

“Et croyez à ce que J’ai fait descendre (Saint Coran), en confirmation de ce qui était déjà avec vous (Thora); et ne soyez pas les premiers à le rejeter…”(al-Bakarah, 2/41)

En effet,à travers ces versets nous apprenons que nier l’existence d’Allah, est considéré comme de l’incroyanceà son égard, attribué un associé à Lui, croire qu’IL (Exalté) a un fils ou nier  un seul de Ses attributs délibérément est aussi de la pure incroyance.

Concernant  les juifs ou les chrétiens qui tombent dans l’incroyance à cause de leurs croyances corrompues, il est dit dans le Coran:

« Certes sont mécréants ceux qui disent: ‹Allah, c'est le Messie, fils de Marie!› - Dis: ‹Qui donc détient quelque chose d'Allah (pour L'empêcher), s'Il voulait faire périr le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous ceux qui sont sur la terre?... A Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux›. Il crée ce qu'Il veut. Et Allah est Omnipotent. »(al-Mâidah, 5/17)

“İnfidèle est celui qui dit:Allah c’est le Messie, fils de Marie.Le Messie n’a t-il pas dit lui-même: Ô enfants d’İsrael! Adorez Allah qui est mon Seigneur et le vôtre. Quiconque associe à Allah d’autres divinités, Allah lui interdira l’entrée du jardin du paradis et son refuge sera le feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs!”(al-Mâidah, 5/72)

Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent: ‹En vérité, Allah est le troisième de trois.› Alors qu'il n'y a de divinité qu'Une Divinité Unique! Et s'ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d'entre eux.(al-Mâidah, 5/73)

La croyance divine chez les juifs et les chrétiens consiste à imiter les mécréants  (polythéistes), voici ce qui est dit dans le Saint Coran :

“Les juifs disent:“Uzayr est le fils d’Allah”et les chrétiens disent: « Le Christ est le fils d’Allah ».Telle est leur parole provenant de leur bouche. İls imitent les dires des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils(de la vérité)? (At-Tawbah, 9/30)

Dans les versets ci-dessus, les états de croyance erroné et de déni de la Foi envers Allah (Exalté) ont été déterminés. En conséquence, nier l’existence d’Allah, lui accorder un associé, croire qu’il a un fils et nier un seul de Ses attributs délibérément conduit la personne à la mécréance. Associéunequelconque autre entité àAllah(Exalté) est la plus grande forme de mécréance (chirk al asghar).Car Allah n’a ni semblable ni associé.Dans la sourate al İhlas (le monothéisme pur) Allah dit: « Dis : İl est Allah, Unique. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. İl n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui ».(al-İhlâs, 112/1-4)L’association majeure (chirk al asghar) est exclue du Pardon Divin, en d’autres termes, Allah (Exalté) ne Pardonne pas l’association majeure : « Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelqu’associé. A part cela, İl pardonne à qui İl veut. Mais quiconque donne à Allah un associé commet un énorme péché ». (An-Nisâ, 4/48)De l’autre côté, il n’y a pas de doute que celui qui abandonne le polythéisme, se repent et demande le pardon puis fortifie sa Foi peut espérer la miséricorde d’Allah (Exalté). Une telle personne ne possède plus le titre de polythéiste mais est estimée comme étant un(e) musulman(e).

Définir Allah d’une façon indigne à Sa Majesté, se railler de Ses noms (et attributs) ou de Ses commandements, les prendre à la légère ou encore Lui attribuer des déficiences mènera la personne en dehors des limites de la religion islamique. (al-Fatawa’l-Hindiyya, Boulak 1310, II, 258).

D’après Ebou Hanifa (m.150/767) les attributs d’Allah sont “Qadim” c’est-à-dire sans commencement; ils n’ont pas été créés par la suite. L’existence d’Allah (Exalté) n’a pas de commencement ni de fin.  Il (Exalté) Possède les noms et attributs Parfaits.  C’est pour cela que dire que Ses attributs ont été créés par la suite et avoir des doutes à ce sujet expulsera l’homme hors de l’İslam. (Ali el-Kârî, Cherhou'l-Fikhi'l- Akbar, Egypte 1323 h. p. 22). D’après les İmams Chafii, Mâlik et Ahmed b.Hanbel, celui qui nie la connaissance, la science (ilm) d’Allah deviendra un mécréant. (İbn Teymiyya, Mejmaou'l Fetâva, Riyad 1381-1386 h. XXIII, p. 349). D’autre part, celui qui désespère de la miséricorde d’Allah ou qui est sûr de ne pas être puni par Lui devient mécréant (il faut vivre entre la crainte et l’espoir). Le Saint Coranmentionne le prophète Jacob (PSL) lorsqu’il parle à ses fils en ces termes: «Ô mes fils ! Partez et enquérez-vous de Joseph (Yousouf) et de son frère (Bunyamin / Benjamin). Et ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Ce sont seulement les gens mécréants qui désespèrent de la miséricorde d’Allah”. (Joseph, 12/87)Dis: “Ô Mes serviteurs qui avaient commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”. (Az-Zumar, 39/53)

“Sont-ils à l’abri du stratagème d’Allah? Seuls les gens perdus se sentent à l’abri du stratagème  d’Allah. (Al-Â’raf, 7/99)
Une personne qui possède une croyance corrompue comme celle-ci devient musulmane seulement lorsqu’elle prononce la parole de l’unicité (kalima-i tawhid) ou la profession de foi(kalima-i chahadeh). Le Prophète Muhammed (PSBL) déclare dans un hadith :”J’ai été ordonné de lutter avec les gens jusqu’à ce qu’ils disent “La ilaha illallah”  (il n’y a de divinité qu’Allah). Lorsqu’ils prononcent cela, ils protègent leurs biens et leur sang de moi sauf pour justes causes. Après cela, leur sort est lié à Allah. (ech-Chawkânî, Neylou'l-Evtâr, VII, 197, ffd.; Zeylaî, Nasbou'r-Râya, III,379).

C’est aussi de la mécréance de ne pas accepter l’institution prophétique ou de nier la prophétie de n’importe quel prophète. C’est pour cela que les juifs qui acceptent certains prophètes en tant que messagers d’Allah mais qui rejettent la prophétie deJésus fils de Marie (P.S.E.) et la prophétie du sceau des prophètes Muhammed (PSBL), et de même que les chrétiens qui démentent la prophétie de Muhammed (PSBL) sont des mécréants. (Ali al-Kari, ibid, p. 50; al-Fatawa'l Hindiyya, II, 263; al-Gazzali, al İktisad, Egypte, nd. p. 112).

Ceux qui nient l’institution prophétique ne rentrent pas à l’islam en prononçant seulement la parole d’unicité (kalima-i tawhid) qui est « İl n’y a de divinité qu’Allah ». İls doivent rajouter: « Je témoigne que Muhammed (PSBL) est le serviteur et le messager d’Allah » (kalima-i chahadah). Tout commeles juifs ou les chrétiens, les adeptes d’autres religions doivent assurer qu’ils n’ont plus aucun rapport avec leur ancienne religion et doivent prononcersincèrement et avec conviction la profession de foi(kalima-i chahadah). İl n’est pas possible pour ces personnes de dire seulement « Je suis croyant, je suis musulman, je crois et je suis devenu musulman ».

Car ils peuvent très bien dire cela en continuant de pratiquer leur proprereligion. Dans ce cas-là, il y auraitdes types de personnes qui sont en mêmes temps juifs et musulmans où chrétiens et musulmans et cette manière d’êtren’est pas conforme aux principes de l’İslam. (al-Zuhayli, al-Fikou'l-İslami wa Adillatuh, Damascus, 1404/1984, VI, 427)

C’est aussi de la mécréance d’attribuer une divinité à un prophète. En effet, les chrétiens sont devenus mécréants à cause qu’ils déclaraient injustement que le prophète Jésus (Isa) –Paix sur Lui- était le fils d’Allah. (Voir al-Maidah, 5/17, 72)
C’est tout aussi de la mécréance de nier tout l’ensemble du Saint Coran ou l’une de ses sourates ou l’un de ses versets ou l’un de ses verdicts ou l’un de ses ordres ou l’une de ses interdictions. De même que nier un seul mot du Saint Coran –la Parole d’Allah (Exalté)- alors qu’il a été approuvé à l’unanimité, nier une forme de récitation définie à l’unanimité aussi ou rajouter quelque chose au Saint Coran est preuve de mécréance. Se moquer du Saint Coran, d’une de ses sourates ou versets, les prendre à la légère ou encore les rapetisser mènera la personne en dehors des limites de la religion islamique. (Ali al-Kari, ibid, p. 151; al-Fatawa’l-Hindiyya, II, 266; A.Saim Guide, La Limite de la Mécréance et de la Foi, İstanbul 1982, p.114-115).

En İslam, les sujets de la foi musulmane (aqida) forment un ensemble. Nier un des piliers de la foi est comme nier l’ensemble des piliers. Ce n’est pas possible de rester musulman en séparant Allah de son messager, ou, en croyant à une partie du Saint Coran toute en rejetant les autres parties (al-Bakarah, 2/85). İl est dit dans le Coran : « Oui, ceux qui mécroient en Allah et en Ses messagers, et qui veulent faire différence entre Allah et ses messagers, et qui disent:“ Nous croyons à l’un et mécroyons l’autre ” et qui veulent prendre un chemin entre l’un et l’autre. Ce sont eux qui sont des mécréants vraiment!  Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant. (An-Nisâ, 4/150-151). Avec ces versets, Allah (Exalté), menace tous les juifs et les chrétiens qui Le nient Lui et Ses prophètes. Car ils séparent Allah de Ses prophètes dans le domaine de la Foi. İls croient en certains prophètes mais démentent les autres. Cela provient du fait que les gens du livre (juifs et chrétiens) trouvèrent, jadis, leurs ancêtres sur cette croyance et par la suite ils les suivirent à leur tour, une autre des raisons est leur pensée émotionnelle. Leurs crédoss’appuientsur des éléments sans preuves et des pensées passionnelles. En conséquence, les juifs n’ont pas cru au prophète Jésus (Isa) et au dernier prophète envoyer à l’humanité Mohammed (PSBE). Les chrétiens non plus n’ont pas cru au prophète Mohammed (PSBL). Alors que la croyance en l’institution  prophétique nécessite une croyance complète en tous les prophètes envoyés sur terre par Allah (Exalté). (Ibn Kesir, Tafsir, İstanbul 1985, II, 396-397) Les juifs vivant auHedjaz pendant l’arrivée de l’İslam, étaient jaloux que Muhammed (PSBL) fusse élu  prophète par Allah, c’est pour cela qu’ils se sont opposée à lui (PSBL), ils l’ont démenti et durant la période Médinoise, les juifs ont même déclaré la guerre contre le messager d’Allah (PSBL). Mais ils ont été vaincu et expulsé plus tard hors de la région d’Hedjaz. Les actes de torture, de pressions et même les attentats de meurtre perpétrés par les enfants d’israël envers des prophètes antérieurs sont mentionné dans le Coran:

“Et quand vous dîtes: “Ô Moïse, nous ne pouvons plus supporter un unique aliment. Prie donc pour nous ton Seigneur qu’İl nous sorte ce que la terre fait pousser, de ses légumes et de ses concombres et de son grain et de ses lentilles et de ses oignons ! » - İl dit : « Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon ? Descendez en ville, vous trouverez certainement ce que vous demandez ! İls furent frappés d’avilissement et de pauvreté, et s’acquirent d’Allah en colère. Cela, parce qu’ils mécroyaient aux signes d’Allah, oui, qu’ils tuaient sans droit les prophètes. Cela, parce qu’ils désobéissaient et transgressaient. (el-Bakarah, 2/61)

La communauté İslamique croit en tous les prophètes envoyés sur terre par Allah – Tout Puissant-, que leurs noms soient mentionnés dans le Coran ou pas. C’est pour cette raison qu’en İslam c’est une obligation pour chaque musulman(e) de croire aux prophètes David, Jésus et Moïse(PSBE) qui sont les prophètes des religions célestes révélés avant l’İslam, et croire aussi aux livres célestes originaux (Psaumes, Thora,Évangile), qui leur ont été révélé par Allah (Exalté). En somme, si une personne nie la prophétie de l’un d’entre eux comme par exemple le prophète İsa (Jésus) et le livre qui lui a été révélé c’est-à-dire l’Évangile (original), elle sortira du cercle de la Foi musulmane. Cela signifie que la croyance İslamique a une caractéristique universelle. L’islam contient au fond les formes originales du judaïsme et du christianisme. D’ailleurs le Coran nous informe, dans beaucoup de ses versets, comment l’Évangileet la Thora ont été falsifié par la suite et comment les troubles dans la Foi ainsi que les superstitions ont été ajouté à ces religions. Voici le verset suivant comme exemple: “Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent: ‹En vérité, Allah c'est le Messie, fils de Marie.› Alors que le Messie a dit: ‹Ô enfants d'Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur›. Quiconque associe à Allah (d'autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs!” (al-Maidah, 5/72)

Ne pas croire aux ordres et aux interdictions mentionnées dans le Saint Coran et dans leshadiths authentiques (Sahih), sur lesquels il ne se trouve aucun désaccord entre eux, est de la mécréance. Considérer l’alcool, les jeux de hasard, la fornication comme des actes « halal » (permissif) est un exemple de mécréance. Par contre, est-ce que commettre les « harams », les grands péchés appelés « el-kabir » fait du musulman / de la musulmane un(e) mécréant(e) ? Cette question a souvent été débattuedans les premiers temps de l’İslam entre les savants. İbn Ömer (R. anh) rapporte qu’il y a neuf grands péchés. Ce sont : associer un partenaire à Allah (polythéisme), tuer quelqu’un injustement, calomnier une femme chaste de fornication, s’échapper de la guerre, faire de la magie (sihr), voler les biens ou l’argent d’un orphelin (ce qui lui revient), désobéir aux parents musulmans, persister à commettre des actes illicites. A tous cela Ebou Houreyra (R. anh) a ajouté: profiter des usures, et l’imam Ali (R. anh) lui a ajouté:boire de l’alcool. Entre temps, certains érudits acceptent que tout péché est aussi nocif ou plus nocif que ceux énumérés ci-dessus comme péchés majeurs alors que d’autres acceptent le fait que tous les péchés pour lesquels Allah et le prophète (PSBL) ont mis une punition font partie des grands péchés. Àce sujet un savant Adh-Dhahabi(748/1437) écrit un ouvrage au sujet « des grands péchés » dans lequel il apporte des éclaircissements sur soixante-dix grands péchés. (Adh-Dhahabi, Kitâbou'l-Kabâir, Beyrout, 1355/1933).

Le groupe “Khawârij (kharijites)” qui émergea pendant le califat d’Ali (R anh), considère l’acte cultuel (ibadat) comme faisant partie intégrante de la foi et ajoute que celui qui commet un grand péché est un mécréant. Le groupe « moutazilite » considère, lui aussi, que l’acte cultuel (ibadat) fait partie intégrante de la Foi et il estime-contrairement aux « khawarijs »- quecelui qui commet un grand péché est seulement un pécheur, pas un mécréant. Selon les moutazilites, cette personne sera appelé « pécheur (fasiq) » et restera toujours entre la Foi et la mécréance (manzila bayna’l manzilatayn), jusqu’à ce qu’il se repente. Si cette personne se repent avant de mourir il mourra en tant que musulman mais s’ il meurt avant de se repentir alors il décèdera dans la mécréance.(Taftazânî, Cherhou'l-Akaid, trad. Suleyman Uludağ, İstanbul 1980, p. 262 ff.)

Selonla majorité des érudits savantsd’Ahli Sunnah wa’l Jamaa’at (sunnites), commettre un grand péché sans ne jamais nier en revanche que cela en est un, ne peut pas rejeter le /la musulman(e) hors de l’islam. Voici sur quelle preuve ils se reposent : la Foi est l’approbation du cœur. Tant que ce titre existe, qu’il commette un grand péché sous l’influence du désir, d’une envie provisoire, de jalousie ou de paresse, cela n’empêchera pas l’approbation du coeur. Par contre “considérer les actes illicites comme étant des actes licites etprendre à la légère les actes licites et illicites”, cela est de la pure mécréance si c’est fait dans la conviction et les sentiments. D’un autre côté, les versets du Coran et les hadiths donnent comme appellation aux rebelles et aux pécheurs “croyants (mu’min)”. Voici les versets suivants comme exemple:

"Ô vous qui avez cru! Repentez-vous à Allah d’un repentir sincère”. (at-Tahrim, 66/8). “Ô les croyants! On vous a prescrit le talion…” (al-Bakarah, 2/178). “Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux” (al-Hujurat, 49/9). Les actes mentionnés dans ces versets sont des grands péchés. Malgré ceux qui ont commis ces actes, le Tout-Puissant les a nommé en temps que “croyants”.Il existe depuis le temps de notre prophète Mohammed (PSBL) et jusqu’à nos jours une opinion juridique sur laquelle la ouléma est à l’unanimité d’accord au sujet de la prière funèbre d’un croyant faisant partie du Ahl-i Qiblaqui a commis des grands péchés ; il est permis de faire la prière funèbre lorsque celui-ci décède et il est aussi permis de demander le pardon d’Allah pour le défunt (Ahl-i Qibla).

Dans le Saint Coran les musulmans sont prévenu contre les grands péchés ainsi: « Et si vous évitez les grands péchés qui vous sont interdits, Nous effacerons vos méfaits de votre compte et Nous vous ferons entrer dans un endroit honorable (le paradis) » (An-Nisâ 4/31; voir aussi Ach-Choûrâ, 42/37; An-Nejm, 53/32). Dans ce verset les grands péchés sont tenus en dehors du champ de l’amnistie, il est question de certaines punitions terrestres pour eux et il est nécessaire de demander spécialement pardon et de se repentir pour les péchés qui concernent l’autre monde (l’Au-delà). Pour les petits péchés, sans avoir besoin de repentir spécial ; les actes cultuels comme les cinq prières quotidiennes, l’aumône, le pèlerinage, le jeûne du mois de Ramadan, la charité, les faveurs et les bonnes actions peuvent être des résultats suffisants pour se faire pardonner(Ahmed b. Hanbel, Musned, II, 229). Le pèlerinage lui seul peut contribuer au pardon des grands péchés. Sur ce sujet, il se trouve des hadiths disant que celui qui réalise son pèlerinage correctement sera comme un nouveau-né, pardonné de ses anciens péchés (Boukharî, Mouhsar, 9, 10; Nasâî, Hadj, 4; İbn Mâjah, Menâsik, 3; Dârimî, Menâsik, 7; Ahmed b. Hanbel, II, 229, 410, 483, 494).

En somme, la Foi nécessite d’obéir aux ordres et aux interdictions d’Allah (Exalté), d’accepter les verdicts İslamiques et de voir l’İslam comme un système. Nier une part de tout cela ou prétendre que l’İslam est impraticable de nos jours et rejeter un des commandements divin signifie ; être un mécréant.

Share this